JULIAN ASSANGE, UNE VIE

Présentation

Le 4 janvier 2021 sera une date historique : à Londres, la justice britannique rendra son verdict dans le procès d’extradition de Julian Assange. Quels sont les enjeux de ce procès ? En quoi nous concernent-t-ils directement ? Difficile d’avoir les idées claires à ce sujet tant la mésinformation et la désinformation ont été grandes.

A partir du 1er décembre et jusqu’au 4 janvier, Belgium4Assange diffusera quotidiennement un épisode de WANTED, série Facebook qui raconte la vie de Julian Assange en 34 épisodes. Chaque jour apportera son lot de surprises et de révélations, et mettra en lumière les tenants et les aboutissants d’un des combats les plus fondamentaux de notre temps.

POUR reproduira quotidiennement ces 34 épisodes, en, espérant que nous ne serons pas le seul média à nous mobiliser pour défendre un journaliste exemplaire.

#04Janvier2021DateHistorique

[wcm_nonmember]

 

“Le 11 août 2010, Julian Assange se rend à Stockholm pour participer à un séminaire du parti social-démocrate. Il a préparé une intervention qui s’intitule : « La première victime de la guerre, c’est la vérité ». Il veut en profiter pour demander un titre de séjour à la Suède, trouver du travail et étudier la possibilité que la Suède devienne une alternative au paradis de l’information islandais qui n’avance pas assez vite à son goût.”


 

“Le 27 septembre 2010, avec l’autorisation du parquet suédois, Julian Assange quitte la Suède pour Londres en passant par Berlin. Malgré ses demandes répétées, il n’a pas été entendu par Marianne Ny, la nouvelle procureure qui a rouvert l’enquête préliminaire sur le dossier suédois. En octobre encore, il se déclarera prêt à revenir témoigner en Suède, mais n’obtiendra pas de réponse… Lors de son voyage, sa valise contenant trois ordinateurs portables et disques durs WikiLeaks cryptés qui se sont volatilisés au moment du contrôle aéroportuaire… “


“Le 18 novembre 2010, le parquet suédois émet un mandat d’arrêt européen contre Julian Assange à des fins d’interrogatoire – au mépris d’ailleurs des conditions qu’impose la réglementation européenne. L’étau se resserre autour de Julian. Ce n’est pas l’idée d’être entendu une nouvelle fois dans le cadre de l’enquête préliminaire suédoise qu’il redoute. En imaginant même qu’il soit inculpé de « sexe par surprise » – l’inculpation n’aura jamais lieu, l’affaire suédoise ne dépassera pas le stade de l’enquête préliminaire -, il risque tout au plus une amende de 546 euros. Mais des informations très inquiétantes lui sont parvenues “


” Pour Julian, la démocratie et l’accès à l’information sont indissociables : Vous êtes ce que vous savez, et aucun État n’a le droit de vous “réduire” en vous privant d’informations. De nombreux États modernes oublient qu’ils ont été fondés sur les principes des Lumières, que le savoir est un garant de la liberté et de la démocratie. (…) veiller à ce que le pouvoir ne contrôle jamais absolument les informations n’est rien d’autre que de veiller à la démocratie. C’était autrefois le premier principe du journalisme dans tous les pays où la presse est libre.


 

” Alors que les attaques menées par les États-Unis contre WikiLeaks se multiplient sur Internet, un flyer numérique circule : Julian Assange vénère tout ce qui nous tient à cœur. Il méprise et combat infatigablement la censure et est sans doute le troll le plus puissant de tous les temps. (…) Julian est aujourd’hui la cible d’une chasse à l’homme planétaire, tant dans le monde virtuel que dans le monde réel.


 

” L’année 2010 aura marqué l’histoire de la liberté d’expression, selon Amnesty International, en raison de la manière dont les activistes et les journalistes, avec une mention spéciale pour WikiLeaks, sont parvenus à s’emparer de la technologie au service de la vérité et des droits humains.”


” Julian Assange était entré en clandestinité dès l’émission par la Suède d’un mandat d’arrêt international, le 18 novembre 2010 … Il avait lancé le Cablegate depuis l’endroit où il se réfugiait. Il était si stressé qu’il en avait perdu le sommeil : d’un côté le Cablegate le propulsait au rang de star mondiale du journalisme et, de l’autre, son nom figurait sur les fichiers d’Interpol”


 

« Hello, can I speak to Hillary Clinton? … This is an emergency…  » Nous sommes le 26 août 2011, dans le manoir d’Ellingham Hall, où Julian Assange est en résidence surveillée. Sarah Harrison et Julian Assange tentent en vain de joindre en urgence la secrétaire d’État à la Maison blanche. “


 

” le 30 mai 2012, par 5 voix contre 2, la Cour rejette l’argument de l’invalidité du mandat d’arrêt européen et admet définitivement l’extradition. Pour Julian, c’est la catastrophe. Il craint plus que jamais que la Suède soit la première étape de son extradition vers les États-Unis, où il encourt jusqu’à la peine capitale. Il n’y a plus qu’une solution : la fuite. “


 

” Jeremy Hammond, 27 ans, alias Anarchaos, alias Sup g, était l’un des hackers les plus radicaux et engagés d’Anonymous. Très à gauche, il s’identifiait aux idées du Weather Underground, un collectif américain de la gauche radicale anti-impérialiste et antiraciste, considéré comme une organisation terroriste par le FBI, et dissous dans les années 70.”


 

” Les documents de Stratfor qui ont fuité via Jeremy Hammond prennent place dans un des projets les plus importants de WikiLeaks, «Un monde sous surveillance». Ce projet, qui regroupe plusieurs leaks de sociétés privées, ambitionne de documenter l’état de la surveillance dans le monde.”


 

” Edward Snowden est un jeune informaticien qui travaillait pour des sociétés sous-traitantes de la NSA et de la CIA. Il découvre la portée des programmes de surveillance mondiale mis au point par les services américains, ainsi que leurs outils techniques. “


 

” Le 11 août 2015, WikiLeaks publie une annonce qui  va faire le tour du monde : l’organisation s’apprête à faire une levée de fonds de 100.000$ qu’elle compte offrir à celui ou celle qui dévoilera les accords du TTIP/TAFTA !”


 

” 2016 est une année d’élection présidentielle aux États-Unis… C’est aussi l’année où WikiLeaks fête ses 10 ans. Souvenez-vous, le 4 octobre 2006, Julian avait fait enregistrer le nom de domaine de WikiLeaks (WANTED 8/34). Pendant ces 10 années, WikiLeaks a révélé pas moins de 10 millions de documents originaux, ce qui représente 10 milliards de mots et en moyenne 3.000 documents par jour. Bon anniversaire, WikiLeaks !”


 

“Le 11 avril 2019, peu après 9h00, six policiers en civil pénètrent dans l’ambassade d’Équateur, s’emparent de Julian, cheveux et barbe blanche, et l’embarquent de force. Pour Julian Assange, c’est la fin brutale d’un séjour de 6 années et 10 mois – 2.487 jours – de réclusion. Sans sortir. Sans jamais voir le soleil. Sans se faire soigner à l’extérieur.”


 

“Le 11 avril 2019, toutes sirènes hurlantes, un fourgon de police emmène Julian Assange à la Cour de Westminster. Il vient d’être extrait de force de l’ambassade d’Équateur. Le juge, Michael Snow, le déclare sur-le-champ coupable d’avoir, 7 ans plus tôt, violé les termes de sa libération conditionnelle, en brisant son bracelet électronique et en se réfugiant dans l’ambassade.”


 

“Sous la férule de la magistrate Emma Arbuthnot, la procédure d’extradition de Julian Assange vers les États-Unis démarre dès son expulsion de l’ambassade. Et se poursuit pendant qu’il purge à Belmarsh sa peine de 50 semaines pour avoir rompu les conditions de sa libération conditionnelle en 2012.”


 

“Le procès de l’extradition de Julian Assange a commencé à Londres le 24 février 2020. Pour la Justice anglaise, il s’agit de déterminer si toutes les conditions d’une extradition vers les Etats-Unis sont bien remplies, si les charges retenues par les USA ne semblent pas fondées, si les faits reprochés à Julian Assange ne sont pas incriminés au Royaume-Uni…”


 

Victoire ! La juge Baraitser a déclaré que Julian Assange ne serait pas extradé!!
CI-DESSOUS LA DECISION… et notre première analyse
Belgium4Assange pensait que Julian Assange était devenu un prévenu trop encombrant pour les Etats-Unis, surtout en début de mandat du démocrate Joe Biden : “