QUAND ANONYMOUS VOLE AU SECOURS D’ASSANGE – JULIAN ASSANGE

JULIAN ASSANGE, UNE VIE
Épisode 21

Alors que les attaques menées par les États-Unis contre WikiLeaks se multiplient sur Internet, un flyer numérique circule :
Julian Assange vénère tout ce qui nous tient à cœur. Il méprise et combat infatigablement la censure et est sans doute le troll le plus puissant de tous les temps. (…) Julian est aujourd’hui la cible d’une chasse à l’homme planétaire, tant dans le monde virtuel que dans le monde réel.

Le flyer se répand comme une traînée de poudre auprès d’Anonymous et, le 4 décembre 2010, un groupe d’Anons lance une attaque par saturation contre le blog de la société Paypal. Ils opèrent sans doute à l’aide de réseaux d’ordinateurs zombies : des ordinateurs infectés par un logiciel malveillant, qui sont utilisés afin de mener des cyberattaques coordonnées et anonymes à l’insu des utilisateurs. L’opération « Avenge Assange » (« Venger Assange ») est née. Dans les jours qui suivent, l’attaque prend une ampleur planétaire et cible une série d’acteurs et d’organisations que nous connaissons bien désormais : le procureur général de Suède, le sénateur américain Joe Lieberman, Sarah Palin, Master Card et Visa, EveryDNS, etc. (voir les derniers épisodes de WANTED).

Anonymous mène une seconde opération qui lève cette fois le voile sur une campagne de propagande qui vise la destruction de WikiLeaks et de ses appuis
En janvier 2011, Anonymous mène une seconde opération qui lève cette fois le voile sur « le scandale HB Gary », une campagne de propagande de 2 millions $ par mois, qui vise la destruction de WikiLeaks et de ses appuis, dont le journaliste Glenn Greenwald. HB Gary travaillait en réalité pour le compte de la Bank of America afin de riposter à la publication de documents internes, prévue par WikiLeaks. Les Anons téléchargent 70.000 courriels de HB Gary, ainsi que d’autres fichiers, dont un diaporama intitulé La menace WikiLeaks.

Ce document est élaboré en partenariat avec deux firmes de sécurités, Berico Technologies et… Palantir Technologies, le leader mondial dans le domaine de l’intelligence artificielle ! Cette société fut d’ailleurs créée avec l’aide de la CIA et compte l’État et les services de renseignement américains parmi ses clients. Dès que les Anonymous révélèrent la participation de Palantir à cette offensive anti-WikiLeaks, son PDG dût faire des excuses publiques et s’engager à se retirer de cette aventure … sans que rien ne prouve qu’il l’ait effectivement fait.

La menace WikiLeaks énumère des méthodes qui ressemblent à s’y méprendre à celles que le FBI avait perfectionnées dans le cadre du COINTELPRO, nom qui désigne une série de projets secrets et illégaux visant à surveiller, infiltrer, discréditer et perturber les organisations politiques américaines. Le document suggère en effet un ensemble de tactiques qui pourraient être déployées « dès demain ».

  • Soumettre de faux documents à WikiLeaks, puis dénoncer leur fausseté. Désinformer => discréditer l’organisation.
  • Susciter des inquiétudes dans l’opinion publique sur la sécurité du processus d’anonymisation. Inventer des histoires d’identité révélées => décourager les lanceurs d’alerte et assécher les sources d’information.
  • Mener des attaques informatiques contre l’infrastructure pour obtenir des données sur les personnes qui transmettent les documents. Comme les serveurs se trouvent à présent situés en Suède et en France, il est plus simple de rassembler une équipe pour y avoir accès => tuer le projet dans l’œuf.
  • Lancer une campagne médiatique pour souligner la nature radicale irresponsable des activités de WikiLeaks. Pression soutenue. => semer l’inquiétude et le doute chez les soutiens modérés.
  • Chercher la source des fuites. Utiliser les médias sociaux pour établir le profil des employés et traquer les comportements à risques.
  • Identifier et intimider les donateurs de WikiLeaks, salir la réputation des sympathisants et des journalistes qui soutiennent WikiLeaks tels que Glenn Greenwald : « Ces gens sont des progressistes, mais, à la longue, sous la pression, ils feront passer leur carrière avant la cause, car telle est la mentalité des gens du milieu…»

L’opération « Avenge Assange » est loin d’être la seule opération menée par les Anonymous qui demeurent très actifs sur Internet. Un aperçu ? Anonymous a fermé les sites web de la CIA, des grandes banques et des sociétés de cartes de crédit. Ils vont aussi soutenir la cause du Printemps arabe en attaquant les sites web des gouvernements lybien, tunisien et égyptien ; ils s’introduiront dans des ordinateurs appartenant à l’OTAN et au groupe GEO, l’une des plus grandes sociétés privées de prisons du monde. Ils pirateront l’entreprise de défense Booz Allen Hamilton, attaque surnommée « Military Meltdown Monday », qui a permis de récupérer 90.000 comptes de messagerie et mots de passe militaires et civils. Ils ont même attaqué le FBI… Dans un prochain épisode, Belgium4Assange vous racontera le combat particulièrement courageux mené par l’un d’entre eux : Jeremy Hammond.

Voilà, c’était le 21ème épisode de la série WANTED qui vous emmène au cœur du réacteur de notre monde et vous en dévoile les petits secrets. Demain, nous découvrirons l’onde de choc qu’a provoquée la publication des Cablegate dans le monde.

Belgium4Assange

Texte écrit par Delphine Noels,
Avec la collaboration de Marc Molitor, Pascale Vielle et Bogdan Zamfir

Le 4 janvier 2021 sera une date historique : à Londres, la justice britannique rendra son verdict dans le procès d’extradition de Julian Assange. Quels sont les enjeux de ce procès ? En quoi nous concernent-t-ils directement ? Difficile d’avoir les idées claires à ce sujet tant la mésinformation et la désinformation ont été grandes.

A partir du 1er décembre et jusqu’au 4 janvier, Belgium4Assange diffusera quotidiennement un épisode de WANTED, série Facebook qui raconte la vie de Julian Assange en 34 épisodes.


Sources/ pour en savoir plus :

Pour en savoir plus sur Anonymous, nous vous conseillons de lire les passionnants livres suivants :

Anonymous de Gabriella Coleman, Lux éditeur, 2016.

Google contre WikiLeaks, Julian Assange, éd RING 2018.

WikiLeaks Files, The World according to US Empire, Editions VERSO, 2016

The unauthorized autobiography, Julian Assange, Canongate Books Ltd, 2011.

Pour en savoir plus sur Palantir&Co

https://www.businessinsider.com/palantir-wikileaks-2011-2?IR=T.

https://www.forbes.com/sites/andygreenberg/2011/02/11/palantir-apologizes-for-wikileaks-attack-proposal-cuts-ties-with-hbgary/.

https://www.mintpressnews.com/palantir-the-paypal-offshoot-becomes-a-weapon-in-the-war-against-whistleblowers-and-wikileaks/236545/.

https://classe-internationale.com/2019/10/24/palantir-lomniscience-americaine/.