D’un cimetière à l’autre

26 mai – 10h32. Une femme âgée entre dans le cimetière du village de Rèves, situé en bas de la rue Révioux. Aperçue par la fenêtre du bureau où je vis ce blocus étudiant, elle dévie mon attention. Intriguant tout de même. Inquiétant, peut-être. Cette personne exploite une bonne heure de son samedi matin (trajets non compris) à rester là, devant une dalle, sans rien faire. Quel retour sur investissement a-t-elle anticipé ? A quoi donc sa fonction d’utilité peut-elle bien ressembler ? A tous les coups, elle ne la maximise même pas. Non mais, franchement, on s’étonne que le pays soit endetté, que le monde n’avance plus, que l’économie stagne, mais si les gens sont irrationnels… que faire ? Sclérosée dans une dépendance pathétique à la mémoire et au territoire, c’est-à-dire à un passé rigide, cette vieille dame ne produit rien et consomme à peine. Heureusement qu’une jeunesse dynamique, créative et innovatrice, tournée vers le futur, optimise son portefeuille de capital temps, financier, émotionnel et humain ! Sans ces audacieux autoentrepreneurs, la « société liquide » ne tarderait à prendre l’eau.

Pour accéder à l’intégralité de cet article, vous devez vous connecter (connexion) ou souscrire à l’Abonnement numérique.



Tom Duterme

Par Tom Duterme

Tom Duterme, étudiant en économie et en sociologie à l’UCL, membre du Parlement Jeunesse Wallonie-Bruxelles de 2015 à 2017, et actuellement de Rethinking Economics. Intéressé par les enjeux politiques concrets liant un savoir économique abstrait et un pouvoir fait de "nécessités