Voici la 2èmechronique consacrée à l’essai Anarchisme nonviolent et pacifisme libertaire de Sébastian Kalicha qui vient de paraître à LAtelier de création libertaire

Chronique avec quelques citations extraites du 2èmechapitre reprenant plus de 50 biographies d’Étienne de la Boétie (1530-1563) à Judith Malina (1926-2015) en passant par Henry David Thoreau, Gandhi, Tolstoï, Simone Weil, Camus, Bertrand Russel, Aldous Huxley.

  • Pierre Ramus (1882-1942), éditeur, l’un des plus grands théoriciens de l’anarchisme nonviolent au XXe siècle : « Ils sont bien mal placés ceux qui, en général, prennent fait et cause pour la violence de l’État pour nous considérer comme identiques à eux-mêmes, nous autres qui luttons en faveur de la non-violence…»
  • Olga Misav (1876-1950), féministe : « La volonté populaire est toujours plus forte que les mitrailleuses et les canons.»
  • Bart de Ligt (1883-1938), auteur : « Plus il y a de violence, moins il y a de révolution. Le ‘‘pacifisme bourgeois’’ se révèle incohérent, il constate une absurdité, car les rapports d’exploitation de classe sont établis et préservés par la violence et la guerre. Nous, résistants à la guerre, nous acceptons la lutte de classe, mais pas la guerre de classe. »
  • Simone Weil (1909-1943), philosophe : « La guerre révolutionnaire est le tombeau des révolutions.»
  • Bernard Russell (1872-1970), philosophe : « Le capitalisme offre le canal par lequel l’agressivité trouve son exutoire. »
  • Herbert Read (1893-1968), historien et critique d’art : « On croit souvent que la révolte implique le recours à la violence. Mais il s’agit là d’une conception surannée et insuffisante de la révolte. En ce monde violent où nous vivons, la non-violence est la forme de révolte la plus efficace. »
  • Judi Bari (1949-1997), environnementaliste : « Si l’on veut sauver la planète, il faut également aborder les causes profondes des problèmes auxquels nous faisons face, y compris le problème de patriarcat et celui d’une société destructrice et exploiteuse. »
  • Howard Zinn (1922-2009), historien et politologue : « Lorsque les Noirs se sont organisés dans les États (américains) du sud contre la ségrégation raciale, ils n’ont pas attendu que le gouvernement leur donne le feu vert, ils n’ont pas non plus déposé des plaintes devant les tribunaux ou attendu que le Congrès promulgue une loi en ce sens. Ils ont mené des actions directes (là où seuls les Blancs avaient le droit de s’asseoir) et refusaient de bouger. Ils sont montés dans les bus, créant une situation telle qu’ils voulaient qu’elle soit. »

 Pierre Guelff – 12 janvier 2021

Posté dans Audio, Chronique, Featured, Luttes sociales, Partenariat Fréquence Terre Lutte de classes

Voici la 2èmechronique consacrée à l’essai Anarchisme nonviolent et pacifisme libertaire de Sébastian Kalicha qui vient de paraître à L’Atelier de création libertaire Chronique avec […]

Lire plus "La lutte de classe, pas la guerre de classe"
Tous les médias rivalisent pour commenter ce qui s’est passé ce 6 janvier autour et dans les bâtiments du pouvoir législatif des États-(dé)Unis d’Amérique. Beaucoup se disent surpris de cette tentative de contourner les règles de la démocratie. Par contre, un de nos chroniqueurs réguliers, Pierre Guelff, lui, n’est pas surpris : il faut dire qu’il termine un livre qui, justement, aborde la question des extrêmes droites et de leurs délires complotistes. Voici donc ce qu’il avait déjà quelque peu « prophétisé » et qui nous laisse deviner que ce qui se déroule n’est peut-être que le début de tristes événements.
La rédaction de POUR

 

D’aucuns sont tombés des nues en regardant les reportages en direct des événements du Capitole où, ce mercredi 6 janvier 2021, les troupes de Trump, qui les avaient chauffées à blanc, ont envahi ce symbole de la démocratie de manière violente. Eh bien, pas moi !

Je ne suis même pas surpris et, sans faire de la prémonition, à l’occasion de mon ouvrage qui sort en ce mois de janvier dans toutes les librairies de France, à savoir Le temps des comploteurs publié aux Éditions Jourdan, j’avais argumenté cette possibilité de la manière suivante :« Donald Trump lança à l’adresse des suprémacistes blancs lors de la campagne électorale présidentielle un vibrant “Tenez-vous prêts”, sachant que ceux-ci sont quelque 200 groupes, certains comptant de 2.000 à 20.000 membres présents dans des dizaines d’États et qu’ils sont composés de néonazis, nationalistes blancs, fascistes, skinheads, antis juifs, musulmans, gauchistes, féministes, immigrés… Ils forment également des groupes en Europe ou tissent des liens avec ceux existant sur le Vieux Continent.

Ils s’appellent Mouvement National-Socialiste, Fraternité Aryenne, Parti nazi américain, Mouvement identitaire américain, Front Patriote… et militent sur les campus, dans les prisons, sur les réseaux sociaux (principalement). Plusieurs défilent en gangs très violents et commettent parfois des assassinats, mais la plupart du temps ils se “contentent” de proférer des propos racistes et xénophobes, généralement sous le couvert de la Constitution des États-Unis au nom de la liberté d’expression, qui est son premier amendement.

Il y a cependant lieu de relever que, lors des dites élections de novembre 2020, une propagandiste QAnon de Géorgie était élue au Congrès, selon CNN»

Fin de démonstration et d’autres arguments de ce type se trouvent encore dans Le temps des comploteurs et, croyez-moi, vous serez surpris.

Pierre Guelff

Événements du Capitole : la logique complotiste respectée !

Posté dans Amérique du Nord, Audio, Featured, Partenariat Fréquence Terre CapitoleComplotDonald Trump

Tous les médias rivalisent pour commenter ce qui s’est passé ce 6 janvier autour et dans les bâtiments du pouvoir législatif des États-(dé)Unis d’Amérique. Beaucoup […]

Lire plus "Événements du Capitole : la logique complotiste respectée !"

La diffusion, dès le 11 novembre 2020, du documentaire Hold-up produit et financé par des internautes (appels à dons se poursuivaient encore après la sortie du film), certains proches de QAnon et de mouvements d’extrême droite, a déjà attiré des millions de vues sur les réseaux sociaux et de nombreux débats dans les médias classiques.

La vision de Hold-up ne fait que conforter la thèse exprimée tout au long de chroniques sur Fréquence Terre et des chapitres de mon ouvrage Le Temps des comploteurs (Éditions Jourdan, sortie en janvier 2021) : l’impérieuse nécessité que la citoyenneté se réveille ou s’accentue pour déjouer et résister face à pareille entreprise de manipulation.

Argumentons, encore, notre réflexion à ce sujet. Quand on analyse la construction de la thèse « Great Reset » qui est développée dans Hold-up, celle d’un virus de fabrication humaine destiné à éliminer une grande partie de l’humanité et, de la sorte, consolider la mainmise d’une élite toute puissante (dont des francs-maçons !) sur la Société, il s’agit d’un assemblage de propos et de fake news déjà parus comme le signalent nos précédents articles.

La puissance de frappe, si on ose dire, de Hold-up, réside par le condensé de prétendues « preuves » qui ne sont qu’un amalgame de déclarations et de situations tirées de leurs contextes : tout est à charge, des raccourcis ou propos coupés (certains intervenants demandent à en être retirés se considérant comme avoir été « instrumentalisés »), pas d’enquêtes sérieuses, une mise en scène qui joue sur le pathos et qui fait monter l’adrénaline avec des fonds sonores choisis, par exemple.

Au risque de me répéter, ce genre de production prêterait à rire ou on la prendrait pour un énorme canular, s’il n’y avait pas autant de victimes décédées dues au Covid-19 : 1,5 million en une année.

Avec Hold-up, il s’agit d’une véritable entreprise paranoïaque qui a pour seul but de prendre le contrôle de la personne qui la regarde, sans lui laisser la moindre possibilité de la réflexion et de la critique, et qui, au final, procède par une manipulation produisant la terreur. Ce qui semble son but. Nous sommes bien en présence d’une technique parfaitement mise au point par les sectes ou des groupements intégristes qui, ainsi, harponnent les personnes fragilisées, incrédules ou peu cultivées.

Cette opération de contrôle sur les gens a un rôle clivant entre ceux qui y croient, la propagent et la défendent coûte que coûte, et ceux qui peuvent faire la part des choses entre un « complot mondial » et des manques et des couacs (il y en a eu, dire le contraire serait malhonnête et ferait, justement, le jeu des complotistes !) dans la gestion de la pandémie.

S’il y a des raisons de critiquer cette dernière, nécessité est aussi de reprendre force et vigueur pour ouvrir la discussion sur la manipulation que d’aucuns mettent en place pour attenter à la Démocratie.

Hold-up est à la propagande complotiste en 2020, ce que fut Forces Occultes, le film nazi dénonçant « le complot judéo-maçonnique » lors de la Seconde Guerre mondiale.

Pierre Guelff

Hold-up est au complotisme, ce que fut Forces Occultes au nazisme

Posté dans Audio, Featured, Partenariat Fréquence Terre, Presse ComplotHold-up

La diffusion, dès le 11 novembre 2020, du documentaire Hold-up produit et financé par des internautes (appels à dons se poursuivaient encore après la sortie […]

Lire plus "Hold-up est au complotisme, ce que fut Forces Occultes au nazisme"

Sous le fallacieux argument d’apporter la civilisation occidentale dite évoluée, parfois doublé d’un dessein d’évangélisation, le système colonial, loin d’être philanthropique comme il est encore présenté par les défenseurs et nostalgiques du « temps béni des colonies » que chanta Sardou, ce système colonial, donc, a littéralement pillé les matières premières des pays envahis et a souvent avili, voire martyrisé, les populations locales.

Au nom de cette vérité-là, un vaste mouvement de « décolonialisme » est lancé depuis quelques mois et Fréquence Terre en partenariat avec POUR, était présent à une « Balade décoloniale » au cœur de la capitale de l’Europe.

Une remarquable démonstration, espace public à l’appui, du mécanisme de la terreur perpétré par le colonialisme (photo Marie-Paule Peuteman)

En quoi consiste ce genre de rassemblement ? Y a-t-il eu des réticences à l’organiser ? Réponses à écouter dans notre interview de l’animateur de la balade dans le podcast de Fréquence Terre.

Durant cette balade, notre interlocuteur évoqua l’espace public en tant qu’espace politique, que la violence faisait partie intégrante du système colonial et qu’il fut un véritable mécanisme de la terreur. Ce fut l’occasion pour évoquer également l’horreur des mains coupées de milliers d’autochtones…

Les réponses encore dans le podcast :

Exemple concret avec cette action très démocratique dans la commune d’Etterbeek : si les habitants approuvent le principe, la rue consacrée au colonisateur Lothaire pourrait être contextualisée et remplacée par un hommage à une militante écologiste assassinée (photo Pierre Guelff)

Pour conclure ce reportage, rappelons que, suprême injure et injustice aux anciennes colonies, beaucoup d’entre elles doivent encore rembourser de prétendues dettes au système capitaliste qui les a exploitées et qu’il y a encore une vingtaine de pays ou régions colonisés en 2020.

Des « territoires non autonomes », comme dit l’ONU, dont la Nouvelle-Calédonie, Gibraltar, la Polynésie française…, les pays colonisateurs étant, entre autres, la Grande-Bretagne, les États-Unis et la France…, cette dernière qui se targue de clamer qu’elle est « le pays des droits humains ».

 

Pierre Guelff
4 octobre 2020

Sur le site de Fréquence Terre, interview exclusive d’un membre du Collectif Mémoire coloniale et lutte contre la discrimination sur le thème sociétal d’importance : le décolonialisme (photo Marie-Paule Peuteman)

Mains coupées, viols, pillages… : auteurs ou commanditaires sanctifiés publiquement

Posté dans Décolonisation, Featured, Société colonisation

Sous le fallacieux argument d’apporter la civilisation occidentale dite évoluée, parfois doublé d’un dessein d’évangélisation, le système colonial, loin d’être philanthropique comme il est encore […]

Lire plus "Mains coupées, viols, pillages… : auteurs ou commanditaires sanctifiés publiquement"

PODCAST

Ce dimanche 13 septembre 2020, grande manifestation dite de la Santé dans la Capitale de l’Europe. Elle est symboliquement représentative de bon nombre de citoyens et de services de Santé de la planète. Hélas, face au COVID-19, ces services démontrent encore que le système des soins s’était terriblement détérioré au fil des rationalisations financières et des coupes budgétaires imposées par la politique libérale. Une politique voulant absolument faire du profit, même au détriment de vies humaines.

Manifestation pour la Santé qui a réuni plus de 4.000 personnes dans la Capitale de l’Europe.

Un slogan dans cette manifestation résume parfaitement cette situation : « Nos vies valent plus que vos profits ! »

La mobilisation de ce jour est un appel pour, je cite : un refinancement de la Santé, l’arrêt de la marchandisation, plus d’effectifs et un salaire décent aux soignants, remettre l’humain au centre du système…

Autre slogan qui parle de lui-même : « Rassemblons-nous contre un retour à l’anormal ! » ou, encore « Construisons face à la crise sociale et sanitaire un ‘‘après’’ plus solidaire et plus démocratique. » Et, celui-ci, plus radical : « Après le confinement, réglons nos comptes ! »

Ils sont donc quelques milliers dans les rues pas loin de la Communauté européenne. Les politiciens, décideurs et tous les lobbies qui gravitent dans leur giron entendront-ils la voix des services de Santé en lutte, soutenus par la population qui, visiblement, n’est plus dupe des attaques répétées du monde marchand sur le bien-être.

Tous clament qu’ils sont saturés de la pression productiviste et du bradage de leur existence par les multinationales et les politiciens.

Témoignages (voir podcast ci-dessous) :

  • Un citoyen : « L’Économie ne doit pas passer au-dessus de nos vies »
  • Une infirmière depuis plus de trois décennies : « C’est la première fois dans ma carrière que je n’en peux plus… »
  • Un soignant venu de France par solidarité : « Dans toute l’Europe, les habitants vont trinquer ! Il faut s’engager ! »
  • Une infirmière de Santé en lutte : « Leur management a pris la figure du harcèlement

Reportage photographique : Marie-Paule Peuteman/Fréquence Terre/POUR.

Pierre Guelff

Photos du diaporama : Paul Delmotte

Nos vies valent plus que vos profits !

Posté dans Featured, Santé Crise socialeManifestationSoins de santé

PODCAST Ce dimanche 13 septembre 2020, grande manifestation dite de la Santé dans la Capitale de l’Europe. Elle est symboliquement représentative de bon nombre de […]

Lire plus "Nos vies valent plus que vos profits !"