Revue critique et déconstructiviste de concepts-clés en économie-gestion (partie 2)

De l’homo economicus ; des dégâts du « How-to ? » et de dite« rationalité » des comportements économiques
 « Le marché de la théorie de la concurrence est un Monde où les individus ont la liberté des rouages dans la mécanique de l’horloge. »René Passet

 

« Les déchets, la transformation des forêts en latérite, les bidonvilles, la mercantilisation de l’air, de l’eau et des gaz à effet de serre […] sont des créations de richesses. »Bernard Maris
« Les “choix rationnels“ de l’homo-economicus, engrenage aveugle du marché, sont ceux d’un décérébré pensant. »Amartya Sen

J’annonçais dans ma précédente chronique que j’allais aborder dans la présente certains des problèmes liés à au moins deux autres aspects des notions-clés à critiquer et à déconstruire au sein de l’univers pseudo scientifique du couple économie-gestion. Ces aspects, pour la présente réflexion, concerneront en premier lieu ce que je désigne par règne absolu du « How To ? », et en second lieu par ce que je pointe comme une soi-disant « rationalité », voulue aussi intrinsèque que quasi automatique moteur du fameux marché autorégulé. Commençons par le sempiternel « How To ? ».

Des considérables dégâts sur la pensée et les raisonnements de l’omniprésence économico-managériale du « How To ? »

Très tôt, dans le cours de mes études en business économie et management, je me suis retrouvé heurté de plein front par l’omniprésence -et la quasi exclusivité- de la question à se poser et à laquelle chercher réponses : le sempiternel « How To ? ». Venant d’abord de disciplines où l’on se pose plus la question du « Pourquoi ? » des choses de notre monde, plutôt que simplement celle du « Comment ? », telles que la philosophie, la psychologie, la littérature, l’économie politique (et non la business-économie), ou même la physique et surtout la physique théorique ; je fus assez vite intellectuellement violemment heurté par l’omniprésence, sinon l’exclusive présence, de cette seule question « Comment ? », ou plus grave « Comment faire ? » qui se love au cœur de l’inévitable « How to ? » dont les théories et écrits nord-américains, en ces domaines, sont infestés. J’invite à ce propos et pour convenablement camper mes préoccupations, le lecteur à se livrer à l’édifiante expérience suivante (ce à quoi j’invite systématiquement mes étudiants également) : rechercher parmi les innombrables kyrielles de publications en business économie-gestion, particulièrement d’origine nord-américaines, ne serait-ce qu’une infime partie d’articles ou de livres dont le titre ne commencerait par cet inévitable « How To ? » ; ou n’en contiendrait pas la mention. Et encore plus : tenter de trouver ne serait-ce pratiquement qu’une publication dont le titre ou le sujet comporterait la question ou la mention « Why ? ». Qui peut en effet imaginer un instant qu’une publication, du type de celles dont on nous a habitué en business économie et management à la US, puisse plutôt être par exemple du genre : « Why becoming rich ? », « Why being a leader ? », ou « Why to motivate your employees ? », ou encore « Why making money ? »… impossible ! Dans toutes les sphères de ces disciplines, depuis l’enseignement, le consulting, la recherche en passant par les incalculables (fort lucratifs au demeurant) séminaires professionnels, ou les présentations en congrès et colloques… tout, absolument tout -à de rarissimes exceptions près-, doit comporter d’une façon ou d’une autre la question « How to ?». De par ma longue expérience, je n’ai aucun souvenir d’absence -ou de mise en second plan- de cette omniprésente et lancinante question éminemment fonctionnaliste, pragmatiste, instrumentale… Et de surcroît maximaliste, comme il se doit, lorsque la préoccupation primordiale, même en arrière-plan, reste le souci de « faire de l’argent », mais évidemment… « toujours plus d’argent ». C’est là pour ainsi dire « la mère » de tous les « How To ? ». Celle qui englobe toutes les autres qui s’y subordonnent : « How To Make Money ? ». Dès lors, se pose toute une série de problèmes, à mon sens intellectuellement graves, pour ce qui se produit en enseignement, recherche, publication… en ce domaine. Voyons en quelques-uns parmi les plus dommageables.


Omar Aktouf

By Omar Aktouf

Omar Aktouf   M.S. Psy.; M.S. Adm/Dév. Économique M.B.A et Ph.D. Management Professeur titulaire à HEC Montréal Membre fondateur du Groupe Humanisme et Gestion Membre permanent du Comité Scientifique de l'International Standing Conference on Organizational Symbolism, ainsi que de nombreuses revues internationales. Professeur invité permanent en Europe, Afrique, Amérique latine... Conférencier et Consultant senior international en plusieurs langues.