Mépriser la science, effacer l’histoire ?

Monsieur Emir Kir et son conseil communal souhaitent débaptiser la rue « Linné » car ce nom figure dans le livre d’Oscar Lambert Rue des salauds (édition de l’Opportun). Ce livre répertorie des rues portant le nom de personnages historiques sujets à controverses : acteurs violents de la colonisation, idéologues racistes, machistes notoires… mais dont les contemporains n’ont voulu retenir que la face disons « positive ».

Mais qui est Linné ? Carl von Linné est sans doute le Suédois le plus célèbre du monde. Il est né en 1707 et mort en 1778. Naturaliste, médecin du roi, professeur d’université, on peut le considérer comme le « père » de la botanique et de la notion de biodiversité. En tant que scientifique, il estimait nécessaire de nommer les choses et pour ce faire il a généralisé le système de nomenclature binomiale que l’on utilise encore aujourd’hui (2 noms latinisés : un pour le genre, le second pour l’espèce). Cette méthode, bien utile face à l’incommensurable diversité du vivant, a permis aux scientifiques du monde entier de s’approprier une sorte de « dictionnaire commun ». Grâce à ses expéditions en Europe et à la collaboration de nombreux correspondants dans le monde entier, Linné a identifié plus de 6.000 nouvelles espèces de plantes et 4.400 espèces d’animaux. Il faut se rappeler qu’à l’époque on circulait uniquement à pied, en malle-poste ou en bateau à voile ! C’est une œuvre gigantesque qu’il nous a laissée dans son Systema naturae et son Species plantarum. Son influence sur les sciences naturelles de l’époque est immense.

Seulement, emporté par sa manie de nommer et de classer, Linné a subdivisé la catégorie homo sapiens en sous-catégories (africain, asiatique, américain, européen) en leur prêtant des caractères totalement arbitraires. [wcm_nonmember]