La transition, c’est pour les riches ?

Quelques pistes de réflexion

La transition, est-ce seulement pour et par les riches[1] ? Poser cette question plutôt provocatrice, c’est ouvrir un large chantier qui touche tant aux définitions de la transition et aux discours des transitionneur·se·s qu’à la compréhension de la précarité et de son implication sur la participation. Alors que le terme « transition » est de plus en plus en vogue dans les discours, qu’ils soient citoyens, médiatiques ou politiques, sa signification devient à la fois plus floue et plus large qu’auparavant. La transition sera appréhendée ici dans sa référence aux initiatives locales et citoyennes qui, chacune à leur manière, tentent d’inventer une solution partielle mais conviviale aux défis actuels. L’objectif de cet article est d’identifier, à partir des critiques relatives au caractère « exclusif », voire sectaire, du mouvement de la transition, les défis à relever pour concilier écologie et justice sociale et concilier écologie et émancipation collective. Le postulat développé par ATD, que nous soutiendrons dans cet article, est qu’une émancipation collective ne peut être atteinte que si elle n’est pensée avec les plus pauvres[2].

La transition, c’est pour POUR les riches ?

Quand les acteur·rice·s associatif·ve·s posent cette question, ils·elles s’interrogent sur l’amplitude de la transition. La transition va-t-elle être uniquement écologique ou également sociale ? La transition va-t-elle améliorer le sort des plus vulnérables ? Quelles conséquences y a-t-il à penser la transition à quelques-uns ? La transition ne nécessite-t-elle pas la participation de tous ? La crainte ou la critique sous-jacente est, notamment, que la transition soit un moyen de transformation sociale uniquement superficiel, verdissant les abords de nos quartiers sans toucher aux racines de nos crises, sans toucher aux injustices et inégalités[3]. La crainte est également de reproduire dans la transition des rapports de pouvoir qui excluraient une nouvelle fois les plus pauvres de l’activité citoyenne, de rêver et construire la société de demain. La question qui guide cet article invite chaque participant ou initiateur d’un projet de transition à se positionner sur l’objectif de son projet. Quelle place l’idéal de justice sociale y occupe-t-il ? Quel objectif de changement social est visé?

Si nous sommes au clair avec nos objectifs et qu’il est évident que nous voulons une société écologique ET juste, alors vient directement une question souvent oubliée : est-il possible de penser le changement de société, de penser la transition sans les personnes en précarité ? La position que nous défendons ici est que viser l’émancipation de tou∙te∙s implique la participation de tou∙te∙s[4] : pour comprendre le monde dans lequel nous vivons, les mécanismes de domination afin de les transformer, il nous faut donner la parole aux exclu·e·s, les côtoyer, réfléchir avec elles·eux. Comment alors rêver « demain » avec les plus pauvres, dans un dialogue ? Comment sortir du manque de diversité d’une majorité des publics qui sillonnent les initiatives de transition.

La transition c’est PAR les riches ?

Pour accéder à l’intégralité de cet article, vous devez vous connecter (connexion) ou souscrire à l’Abonnement numérique.

Emeline De Bouver, Camille de Monge
Emeline De Bouver est chargée de projet à la FUCID
Camille de Monge est chargée de projet à ATD Quart Monde


[1] Cet article a été rédigé dans le cadre du projet d’éducation permanente de la FUCID. Le titre de cet article est inspiré d’un évènement organisé en 2017 par le P.A.C. et les Acteurs des Temps Présents et d’un évènement organisé en 2018 par Vie Esem auquel nous avons participé. Les réflexions de l’article émanent également des premières réflexions d’un groupe de travail Fucid auquel participent des chercheurs de l’Unamur et des acteurs de la transition. C’est dans le cadre de la réunion du 22 janvier de ce groupe de travail que nous avons récolté les remarques de Christine Mahy, directrice du Réseau Wallon de lutte contre la Pauvreté qui parsèment l’article.
[2] Roy Axel, Joseph Wresinski: pionnier de l’empowerment radical made in France in Mouvement n85 (printemps 2016), pp.87-94.
[3] Hermant Paul, “La pauvreté, impensé des ‘transitionneurs’ ?” dans Pour écrire la liberté, Hors Série, déc-fév 2017, pp.23-25.
[4] Roy Axel, Idem.
[5] Hermant, Paul, idem.
[6] Hermant, Paul, intervention dans le cadre de la conférence « la transition, c’est pour les riches ? » organisée par Vie Esem, juin 2018.
[7]  Association pour le maintien d’une agriculture paysanne.
[8] Edouart Louis (2018), Qui a tué mon père, Seuil.
[9]  A suivre dans l’étude que la Fucid sortira en décembre 2019.

One thought on “La transition, c’est pour les riches ?

  • jefraca

    Merçi beaucoup , je partage localement !

Vous devez souscrire à l’abonnement numérique pour commenter cet article.
Déjà abonné? Connectez-vous pour ajouter un commentaire!