La-Démocratie occidentale et les autres

Le documentaire en quatre parties de Jean-Pierre Canet diffusé ces derniers jours (sur Mediapart, La Trois et France 5) nous interpelle fortement. Ou devrait le faire… Dans Irak, la destruction d’une nation, le réalisateur se penche sur les 40 années qui ont vu la réduction d’un État qui, certes « non-démocratique », mais en bonne voie de « modernisation » et d’amélioration des conditions de vie de sa population dans les années 1970, se retrouve aujourd’hui déchiré par les violences communautaires, les attentats, la répression féroce des mouvements populaires, la corruption, la pauvreté, la la maladie et la malnutrition.

Ce processus de délitement implique au premier chef nos « démocraties » occidentales 
J.-P. Canet fait débuter cette « destruction » au moment de l’arrivée au pouvoir de Saddam Hussein, lorsque celui-ci écarte de la scène politique, en juillet 1979, son cousin, le général Ahmed Hassan Al-Bakr, président depuis 1968. Est-ce à dire, comme aimeraient le croire nombre de libéraux-démocrates, que le documentaire attribue au Raïs déchu en 2003 la principale responsabilité de cet effondrement ? Bien au contraire, ce processus de délitement, qui s’est déroulé en trois étapes, implique au premier chef nos « démocraties » occidentales.


Paul Delmotte

By Paul Delmotte

Professeur de Politique internationale, d'Histoire contemporaine et titulaire d'un cours sur le Monde arabe à l'IHECS, animé un séminaire sur le conflit israélo-palestinien à l'ULB. Retraité en 2014.