L’« Amazonie » brûle et le G7 nous enfume

Lors de la tenue du G7, ce week-end des 25 et 26 août 2019, le maître de cérémonie, Emmanuel Macron, a fait la leçon au Brésil et dénoncé son président qui laisserait brûler l’Amazonie et même pousserait à y mettre le feu. Et si Jupiter commençait par balayer devant sa porte ?

Les médias dominants manquent décidément d’originalité. Depuis quelques jours, tous, devenus subitement écolos, se désolent devant les incendies qui se multiplieraient en Amazonie  et menaceraient le « poumon vert » de notre pauvre Planète, déjà en bien mauvais état. Sur toutes les chaînes, dans toutes les gazettes, on entend : « 75.000 départs de feu dans la forêt amazonienne une hausse de 84% depuis l’année dernière… » Et la cause de cette catastrophe serait le méchant Jaïr Bolsonaro qui inciterait à la déforestation. Certes, ce dirigeant d’extrême droite (un plus !) est un adversaire résolu des écologistes et le sort de la planète l’indiffère au plus haut point. Mais c’est peut-être lui donner plus de pouvoir qu’il n’en a que de croire que c’est son incitation à « exploiter la forêt » qui serait la cause de ces incendies.

Confusions multiples

D’abord,  est-ce vrai que la situation soit exceptionnelle cette année ? Il est vrai que l’INPE (Institut national de recherche spatiale du Brésil) a déclaré que ses données satellitaires montraient une augmentation de 84% du nombre d’incendies par rapport à la même période en 2018. Ce que l’on dit moins c’est qu’entre 1998 et 2018 on a compté, selon les années, entre 32.000 et….  129.000 (!) départs d’incendie. L’indignation mondiale, si elle est justifiée, est bien tardive. On verra que les médias et les gouvernants occidentaux ont trouvé, à quelques jours du G7, une belle occasion de revêtir leur beau costume vert, de faire de belles déclarations écologiques mais, évidemment sans s’engager à quoi que ce soit de concret dans ce domaine.

Pour accéder à l’intégralité de cet article, vous devez vous connecter (connexion) ou souscrire à l’Abonnement numérique.

Alain Adriaens 


[1] Le Soir du 30 août publie un article « Il fau(drai)t toute la Belgique pour cultiver notre soja » qui reconnaît que notre petit royaume importe depuis l’Amérique du sud 2,5 millions de tonnes de soja dont les cultures occupent 3 millions d’hectares. Ce soja est utilisé à 75% pour l’élevage industriel (surtout situé en Flandre), 20% pour les biocarburants (!) et 3% pour l’alimentation humaine.

One thought on “L’« Amazonie » brûle et le G7 nous enfume

Vous devez souscrire à l’abonnement numérique pour commenter cet article.
Déjà abonné? Connectez-vous pour ajouter un commentaire!