Back to the future !

Covid-19 oblige ! Voilà que brusquement, face à cette menace globale, l’Union européenne (UE) débranche la prise du pacte de stabilité, que les États membres libèrent leur politique budgétaire, que les États-Unis décident d’un programme d’aide colossal, que la Réserve fédérale et la BCE ressortent l’artillerie lourde de la création monétaire, que l’hérésie point des économistes… Charles Michel lui-même déclare : « Sur le plan économique, on va devoir sortir de nos schémas idéologiques classiques pour atténuer le choc[1] ».

Ces frémissements n‘annonceraient-ils pas un changement radical dans la manière de piloter l’économie, voire d’envisager la vie en société ? En tous cas, les mesures prises sont indispensables et cela fait du bien de voir des décideurs en appeler aux mânes de F.D. Roosevelt et du New Deal et sortir les politiques keynésiennes de l’oubli.

L’espoir serait, qu’une fois dépêtré de la crise du virus, on voie naître une même mobilisation pour lutter contre le dérèglement climatique, pandémie bien installée et combien plus dangereuse et mortelle. La crainte, bien réelle, est que, l’alerte passée, il n’y ait que quelques ajustements. Ne lit-on pas ça et là qu’il faudra rembourser, réduire les déficits, revenir à la rigueur ? Alors, profitons de l’occasion, d’abord pour dénoncer quelques fariboles bien ancrées.

1) L’opposition entre la croissance économique et la lutte contre le dérèglement climatique.
2) L’utilité de l’austérité et la peur de la dette.
3) Le manque de moyens financiers et/ou technologiques pour gagner la bataille.

Attardons-nous ensuite sur le désastre de la financiarisation, sur le conditionnement qui fait de nous des enfants dociles et sur quelques suggestions aux médias pour changer la donne.

L’opposition


Alain Tihon

By Alain Tihon

Alain Tihon a fait des études classiques, complétées par un diplôme en économie appliquée (ICHEC Bruxelles). Il possède une longue expérience professionnelle dans de nombreux secteurs, en particulier celui des banques, et une expertise de consultant pour les entreprises et organisations non marchandes (voir le site). Depuis longtemps, il s’est intéressé aux problèmes posés par une croissance débridée et à la nécessité de remettre l’économie et la finance au service de la société.