Pesticides : un angle mort des contrôles AFSCA ?

Article publié dans Tchak ! n°15, la revue paysanne
Chaque année, l’AFSCA procède au rappel de centaines de produits. Des beurres au lait cru de petits paysans, et surtout des tonnes de produits agro-industriels. Manifestement, la bouffe aseptisée n’est pas un gage de sécurité. La présence de centaines de pesticides, dont des pesticides interdits chez nous mais toujours admis ailleurs, n’y est jamais contrôlée.

En 2022, l’AFSCA a publié 326 retraits de produits présentant des risques pour la santé du consommateur. Nous avons compilé ces informations dans une base de données, puis les avons traitées pour rédiger cet article. Voici quelques résultats.

Cette année-là, près de la moitié des rappels de produits concernent une infection bactérienne (salmonelle, Listeria, E. coli) ou la présence de pesticides. Viennent ensuite la présence de moisissures (majoritairement des aflatoxines[1]) et celle de corps étrangers (morceaux de verre, plastique, métal…), à la suite d’incidents survenus lors de processus industriels. Ces quatre « causes » concentrent près de 70% des rappels (voir graphique ci-dessous).

Pour ce qui concerne les infections bactériennes, celles à la salmonelle et à la Listeria sont les plus courantes. Deux cas ont marqué l’année 2022. Le premier concerne une contamination à la Listeria de fromages produits par la coopérative Milcobel. L’infection est détectée dans des bacs de saumure en avril 2022. Milcobel a rapidement averti l’AFSCA et l’usine du groupe a été mise à l’arrêt pendant deux semaines, avant de reprendre la commercialisation de ses fromages.

Le cas le plus important de rappels de produits est à mettre à l’actif de Ferrero. L’usine d’Arlon a fermé en avril 2022 pendant plus de deux mois, après la détection de salmonelle. Contrairement à Milcobel, Ferrero a tardé à avertir l’AFSCA. Le groupe agroalimentaire italien avait pourtant détecté des traces de salmonelle dans le filtre de sa cuve à beurre dès décembre 2021. Plus de 390 personnes seront contaminées en Europe et des centaines de tonnes de produits Ferrero retirés du marché. Fin juin 2023, Ferrero Arlon a de nouveau stoppé sa production après la détection de salmonelle dans son usine, qui produit près de 7% de la production mondiale de chocolat Kinder. Dans ces deux cas, l’alerte a été donnée à la suite d’autocontrôles en interne.

 

Pesticides : 2e cause de rappels

La deuxième cause de rappel la plus fréquente est la présence de pesticides interdits ou dans des teneurs supérieures aux limites fixées. Au total, 73 rappels ont été émis en 2022 pour ce motif (dont trois pour des traces de produits désinfectants).

Précisons que les rappels peuvent concerner un ou plusieurs produits/références. Par exemple, le 18 janvier 2022, un rappel est émis pour des glaces des marques Côte d’Or, Extrême, Daim, La Laitière, Toblerone, Milka, Nestlé, Smarties et Pilpa. Plus de 50 références et plusieurs centaines de lots de crèmes glacées sont concernés. Le volume de produits retirés se compte ici en tonnes.

La grande distribution est le principal lieu de vente des produits rappelés pour cause de pesticides avec 37 rappels sur 73. Quasi toutes les marques de distributeurs et plusieurs marques nationales de glaces sont touchées. Dans 19 cas, les produits retirés du marché étaient vendus dans des supermarchés indépendants (magasins asiatiques ou africains par exemple). Notons aussi le rappel de cinq références de produits labellisés biologiques pour des teneurs trop élevées en pesticides (deux cas d’oxyde d’éthylène, et trois de chlorpyrifos), alors qu’ils sont censés ne pas en contenir…

 

Le scandale de l’oxyde d’éthylène

En 2022, les retraits de produits liés à la présence des pesticides sont majoritairement le fait d’une substance : l’oxyde d’éthylène (ETO), qui concentre 40 des 73 rappels émis. En 2021, plus de 200 rappels étaient dus à la présence d’ETO, et près de 110 en 2020.

L’histoire commence en septembre 2020, lorsque le premier lot contaminé est identifié. Il s’agit de graines de sésame en provenance d’Inde, ayant transitées par le port d’Anvers. Dans les semaines qui suivent, les produits contenant des graines de sésame sont inspectés plus en détail, conduisant à une centaine de rappels à la fin 2020. L’affaire est médiatisée, mais la pandémie accapare l’essentiel de l’attention à l’approche de la deuxième vague de Covid. En 2021, les contrôles sont plus nombreux pour l’ETO : plus de 200 rappels sont effectués en Belgique. Si les aliments contenant des graines de sésame sont d’abord visés, d’autres produits sont aussi contaminés : épices, fromages, conserves de poisson, etc. À partir de 2021, et surtout en 2022, ce sont les crèmes glacées qui vont faire l’objet de rappels. L’un des additifs utilisé, la farine de caroube, est identifié comme étant à l’origine des contaminations. Celle-ci entre dans la composition de nombreuses glaces industrielles comme épaississant, afin de maintenir les produits crémeux et homogènes.

Toute l’Europe est touchée. Plus de 350 rappels ont été émis en Belgique depuis 2020. Mais le nombre de références est beaucoup plus élevé, puisqu’un rappel peut concerner plusieurs références. Selon une base de données de la DGCCRF mise à jour en avril 2022 – qui ne tient donc pas compte des rappels effectués par la suite – près de 17.000 références de produits ont été rappelées, seulement pour la France ! Lors de débats à la Chambre[3], le député Open Vld Robby De Caluwé parlera de la plus vaste opération de rappel de produits de tous les temps.

 

Doit-on s’inquiéter ?

Doit-on s’inquiéter de la présence d’oxyde d’éthylène dans de nombreux aliments, et plus largement de pesticides dans nos assiettes ? Pour l’ONG européenne PAN (Pesticide action network), la réponse est positive. Dans une étude publiée en mai 2022, l’association pointait une augmentation de 53% en neuf ans (2011-2019) de fruits contaminés par des pesticides identifiés comme spécialement risqués par l’Union européenne. Pour PAN, près d’un tiers des fruits vendus en Belgique contiendraient des traces de pesticides. Une tendance à la hausse.

De son côté, l’AFSCA tempère en expliquant que les traces retrouvées sont dans la majorité des cas inférieures aux seuils tolérés par la loi. De plus, selon la porte-parole de l’agence de sécurité des aliments, les seuils fixés ne sont pas des seuils toxicologiques mais prévoient une « marge de sécurité qui est fixée entre les limites maximales de résidus et un éventuel risque pour le consommateur ». Peu de chance de se retrouver à l’hôpital après avoir consommé un produit contaminé. En revanche, ingérer de petites quantités de substances cancérogènes pendant des décennies pose question. Ceci est d’autant plus valable pour l’oxyde d’éthylène que ce composé organique est considéré comme un cancérogène génotoxique, agissant sans seuil de dose. Pour l’ANSES, l’équivalent français de l’AFSCA, même de très faibles niveaux d’exposition sont associés à un excès de risque de cancer [4] .

En fait, les contrôles peinent à identifier toutes les substances susceptibles de contaminer nos aliments. La manière dont l’oxyde d’éthylène a été détecté est assez révélatrice du problème. Les premières traces d’ETO ont été détectées sur des graines de sésame. Le lot en question a été acheté par une entreprise basée à Courtrai (Ranson), puis revendu à un grossiste néerlandais. Ce dernier vend le sésame à un client italien qui va demander à un laboratoire allemand de tester la présence d’ETO.

L’ETO est interdit en Europe depuis 2011 et les contrôles sont rares en 2020. La détection de ce pesticide semble donc avoir relevé du hasard. Si l’acheteur italien n’avait pas demandé d’analyse sur cette substance active, il est fort probable que les milliers de produits retirés du marché entre 2020 et 2022 auraient été commercialisés sans la moindre entrave. Il semble certain, étant donné l’ampleur des rappels, que de nombreux produits ont été contaminés dans les années précédentes et mis sur le marché sans le moindre contrôle pour l’ETO.

Après avoir détecté l’oxyde d’éthylène, le réseau européen RASFF (Rapid Alert System for Food and Feed) se met en branle et les produits contenant des graines de sésames sont contrôlés activement dès l’automne 2020. L’UE réagit en octobre 2020 en imposant un certificat de contrôle de la part de l’Inde pour tous les lots de sésame entrant en Europe, et un lot sur deux est contrôlé à son arrivé.

Romain Gelin


Source : Gresea

[1] Les aflatoxines sont des mycotoxines – produites par des champignons – se développant dans des climats chauds et humides. Elles sont reconnues comme génotoxiques et carcinogènes. Elle se forment comme des moisissures avant ou après les récoltes. Les fruits à coques (amandes, noix, pistache) font l’objet de contaminations, de même que le riz, le maïs, les épices ou les graines oléagineuses. Elles peuvent également être présente dans du lait d’animaux ayant ingéré des aliments contaminés.

[2] Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes.
[3] Chambre des représentants. Séance du 18 octobre 2021. Commission de la santé et de l’égalité des chances. CRIV 55 COM 598.
[4] Avis de l’ANSES relatif à l’utilisation de biberons stérilisés à l’oxyde d’éthylène, Saisine n° « 2011-SA-0314 », 16 décembre 2011.


Pour citer cet article : R. Gelin, “Pesticides : un angle mort des contrôles AFS”, dans Tchak ! n°15, la revue paysanne, automne 2023.

La revue Tchak ! s’adresse aux producteurs, aux artisans-transformateurs, aux consommateurs. Elle parle d’agriculture paysanne, d’agroécologie et des nouveaux modèles de production, de distribution et de consommation. Elle questionne les pratiques de l’industrie agro-alimentaire et de la grande distribution. Elle adhère au code de déontologie de l’Association des journalistes professionnels.

Lettre d'information

Recevez nos lettres d’information

A propos de nous

pour écrire la liberté SCRL FS est une coopérative d'édition qui a pour objectif de contribuer à l'édification d'une société démocratique, libre, juste, solidaire et durable.