L’incroyable histoire du Keelbeek ou quand l’Etat belge fait fi de la démocratie

Le projet de mégaprison de Haren-Bruxelles soulève de très nombreuses contestations au sein de la société civile. Mais rien n’y fait, c’est parti! Les premiers arbres ont été coupés, le terrain du Keelbeek est à nouveau surveillé et ce alors que l’ensemble des recours lancés par des citoyens ne sont pas encore épuisés.

Cela n’est pas sans rappeler les événements de septembre 2015 durant lesquels la police dégagea manu militari les occupants du site au moment où était plaidée la cause de celui-ci devant le tribunal, qui déclara quelques jours plus tard l’action de la police illégale.
On pourrait être confronté cette fois encore au même cas de figure, l’état n’ayant pas laissé le temps à la justice de trancher. La politique du fait accompli se substituant à la loi du plus fort, cela semble devenir une habitude.

Mais ce ne sont pas là les seules errances d’un gouvernement qui semble se préoccuper davantage de quelques intérêts financiers plutôt que des avis non seulement des Harenois mais aussi d’une grande part du corps de la magistrature, des experts en matière carcérale et même d’une partie de la police.

Ainsi, sur le panneau d’avis de début des travaux figure le nom de Cafasso, un consortium dont les statuts n’ont toujours pas été rendus publics. Un marché public a donc déjà été octroyé à une personne juridique inconnue. Mais cela ne s’arrête pas là, le contrat lui non plus et malgré les nombreuses requêtes de certains parlementaires est non publié.

Le gouvernement s’engage donc dans des travaux dont personne ne peut déterminer le montant et ce malgré les mises en garde de la Cour des Comptes. Ce que l’on sait par contre, c’est que ces travaux seront menés sous un montage appelé partenariat public privé (PPP) qui permet au consortium d’engranger les bénéfices de la « location » de la prison à l’état laissant à ce dernier une grande partie des risques. Une nouvelle socialisation des pertes et privatisation des profits, mais cela devient habituel.

Ces contrats ont montré leur nuisance. Leur coût est bien souvent trois fois supérieur à celui d’un investissement direct réalisé par une entité publique. En ces périodes de restrictions budgétaires, on aurait pu espérer que l’état gère en bon père de famille. Ce ne sera pas le cas.

De nombreuses personnalités politiques dans d’autres pays européens ont pourtant déjà à ce propos tiré la sonnette d’alarme ainsi que la Cour des Comptes de notre pays qui met en garde contre l’utilisation de ce mécanisme. Mais de ces avis autorisés l’état belge à nouveau ne tient pas compte. Pire le gouvernement a été jusqu’à interdire un audit de cette technique de financement.

Au sein de ce consortium, outre la société de construction basée à Gand : Denys, se profilent des groupes financiers puissants comme la BNP Paribas Fortis et l’australien Macquarie Group spécialisé en financement d’infrastructures. Leur modèle économique est bien rodé et inspiré de ce qui se passe depuis des décennies aux Etats Unis. Ils s’assurent d’obtenir une garantie de payement pour l’ensemble des cellules qu’elles soient occupées ou non, poussant ainsi à la maximisation de la taille de la prison et de l'”optimisation” de son taux d’occupation. Alors que tous les experts en matière carcérale s’accordent à dire que la taille optimale d’une prison est de 300-400 occupants, c’est bien d’une maxi prison dont on parle à Haren qui comprendra 1.190 cellules.

Le but, on l’aura compris, n’est pas de doter la Belgique d’une nouvelle prison, alors que dans le même temps de nombreux états européens ferment certaines d’entre elles comme aux Pays Bas ou en Suède, ni même de renouveler le parc de celles-ci, la prison de Saint Gilles pouvant être rénovée à bien moindre coût mais d’offrir un cadeau à des intérêts financiers avec, comme on peut l’imaginer, si l’on se réfère aux trop nombreuses affaires Publifin, Orès, le Samu social,…, Gial quelques retours sur compromission pour certaines personnalités politiques.

La plateforme contre le désastre carcéral plaide depuis longtemps pour que ce projet, qui en dernière analyse ne peut être compris que comme un projet financier, soit reconsidéré.
Outre les recours pendants devant les autorités belges, elle se verra contrainte de s’adresser à des instances européennes afin de mettre en avant le déni de démocratie d’un état qui se prévaut d’être légitime.

Signataires
François Licoppe, Elisabeth Grimmer, Isabelle Hochart, Jean Baptiste Godinot, Laurent Moulin, Bibiane Bolle, Daphnis Bockstael, jérôme Pelenc, Valentine Julien, Ana Navarro, Aya Tanaka, Guilmain Stéphanie, Fabienne Vandereyken
Comité de Haren, Observatoire international des Prisons – section belge, La Ligue des Droits de l’Homme, Respire ASBL, SolidHaren ASBL


Vous trouverez ici le PDF de Haren ObservatoryMégaprison de Bruxelles, genèse d’un crime“, qui regorge d’informations et dont la conclusion est la suivante:

“Mais avant tout, et surtout, refusons les plans rabougris, les visions en cul de sac, le futur sans avenir que nous proposent les partis politiques et les multinationales. Créons un monde désirable et solidaire dans nos quotidiens, nos quartiers, avec nos proches, nos amis, nos voisins. La vie est courte, son sens naît des détails, chaque geste compte. Nous ne voulons pas plus de mégaprison, de pauvres et de dévastation, nous voulons un futur avec avenir, et des existences inspirantes. Ça n’attendra pas demain, ça commence maintenant.
Vive le Keelbeek libre !”