Les violations hallucinantes de la loi par l’Office des Etrangers

Hallucinant, il n’y a pas d’autre mot

La presse a évoqué il y a quelques jours le cas de cette maman angolaise, Elisabeth Matondo,  que l’Office des Etrangers (OE) a maitenue pendant plus de deux mois en détention, malgré deux ordonnances de remise en liberté par les autorités judiciaires. La Libre Belgique, par exemple, lui a consacré quelques lignes sous le titre « L’Office des étrangers fait de la résistance ».

Cet article est disponible en version audio pour les abonnés.  Pour accéder à l’intégralité de cet article, vous devez vous connecter (connexion) ou souscrire à l’Abonnement numérique.



Michel Gevers
Le 8 avril 2018