Les silences … assourdissants

Ils sont nombreux [1]. Depuis plusieurs mois, les grèves chez Ryanair défraient la chronique un peu partout en Europe. Elles témoignent d’un ras-le-bol généralisé du personnel de la compagnie face à un modèle d’entreprise prédateur qui traite ses employés – et ses clients – comme des esclaves pour le plus grand profit de ses propriétaires.

Ryanair fait de la prédation sociale. L’entreprise a fait son shopping parmi les législations sociales européennes pour choisir et réussir à imposer une gestion des ressources humaines basée sur les plus faibles d’entre elles en termes de rémunérations, de droits et de protections octroyés aux travailleurs. Ajoutons-y le jeu pervers qui consiste à dresser les catégories de personnel les unes contre les autres.

Il faut saluer le courage de ces grévistes et l’éclairage cru qu’ils projettent sur cette prédation, mais aussi regretter la tiédeur relative des soutiens politiques et syndicaux qu’ils reçoivent. Leur silence est parfois assourdissant. Proclamer qu’il faut pourrir la vie du gouvernement Michel, c’est bien, peut-être. Mais pourrir la vie d’ O’Leary et de ses semblables serait mieux, infiniment mieux.

Pour accéder à l’intégralité de cet article, vous devez vous connecter (connexion) ou souscrire à l’Abonnement numérique.

Alain Tihon


[1]Leurs causes et leur évolution sont décrites dans  « La main invisible », Alain Tihon, 2016, Tihon Alain.
[2]Membre d’une des bandes d’ouvriers du textile anglais, menés par Ned Ludd, qui, de 1811 à 1813 et en 1816, s’organisèrent pour détruire les machines, accusées de provoquer le chômage (dictionnaire de français Larousse).
[3]Google, Amazon, Facebook, Apple.


Alain Tihon

Par Alain Tihon

Alain Tihon a fait des études classiques, complétées par un diplôme en économie appliquée (ICHEC Bruxelles). Il possède une longue expérience professionnelle dans de nombreux secteurs, en particulier celui des banques, et une expertise de consultant pour les entreprises et organisations non marchandes (voir le site). Depuis longtemps, il s’est intéressé aux problèmes posés par une croissance débridée et à la nécessité de remettre l’économie et la finance au service de la société.