L’autre fonction de l’idéologie

Pour les étudiants du business, la rentrée rassure. Lors de la cérémonie d’accueil, les professeurs leur rappellent l’évangile : s’ils sont arrivés jusque-là, ce n’est pas par hasard, mais ils devront encore travailler dur pour obtenir ce diplôme si mérité, pour décrocher ce poste si convoité. Voilà qui apaise. Car, pendant les vacances, ils s’étaient parfois surpris à douter, démarche – nous l’avons vu dans la chronique précédente – étrangère à leur formation. Entre leur camp scout en Ardenne et leur city trip londonien, ils se sont même posé des questions. Leur appropriation imparfaite du discours dominant ne parvenant à absorber sans remous les multiples chocs contemporains, ils s’interrogent : face aux images des réfugiés échoués, le « on ne peut pas accueillir toute la misère du monde » en vient à être remis en cause ; face au trader britannique dont les talonnettes frappent avec assurance le trottoir habité par une famille de SDF, le « quand on veut, on peut » vacille ; face au spectacle des injustices, les œillères tremblent. La rentrée arrive donc à point nommé.

« Vous devez savoir ce que vous voulez dans la vie, il faut être entreprenant, dynamique et ambitieux, afin de pouvoir s’adapter à un monde qui change de plus en plus vite ! » Le cocktail volontarisme individuel/fatalisme politique fait son effet : il drogue. Ajoutez-y des promesses de délices consuméristes à venir, une fastueuse cérémonie et un orateur-idole dans lequel ils peuvent se projeter, vous obtenez des étudiants enivrés, anesthésiés, sereins. Les professeurs les ont rassurés… et se sont rassurés. Telle est une fonction de l’idéologie.

Pour accéder à l’intégralité de cet article, vous devez vous connecter (connexion) ou souscrire à l’Abonnement numérique.

Tom Duterme


[1] Duménil, G., Löwy, M. & Renault, E., Les 100 mots du marxisme, PUF, Paris, 2012.
[2] Pour une critique de l’idéologie méritocratique, voir Boltanski, L., De la critique, Gallimard, Paris, 2009. L’auteur y démontre notamment l’impossibilité de concevoir des épreuves révélant les mérites propres de chacun, celles-ci devant devenir particulière et soumettre une personne particulière dans une situation particulière, « ce qui aurait évidemment comme résultat de retirer aux épreuves toute capacité de comparabilité et par là de leur ôter le pouvoir de justifier des hiérarchies sociales » (Ibid, p. 60).


Tom Duterme

Par Tom Duterme

Tom Duterme, étudiant en économie et en sociologie à l’UCL, membre du Parlement Jeunesse Wallonie-Bruxelles de 2015 à 2017, et actuellement de Rethinking Economics. Intéressé par les enjeux politiques concrets liant un savoir économique abstrait et un pouvoir fait de "nécessités