En crise existentielle, le féminisme ?

Dans son récent roman « Fille »[1] qui a tout d’un récit d’autofiction, Camille Laurens[2] raconte de façon intime et avec humour, comment être nommée fille l’a marquée défavorablement à peine sortie du ventre maternel. Pour ses parents qui voulaient un fils, c’est une déception au point que son père a un trou de mémoire quand il […]
Pour accéder à l'intégralité de cet article, vous devez vous connecter (connexion) ou souscrire à l'Abonnement numérique ou Abonnement Spécial Tout Autre Chose.