MANIFESTE DES LIBRAIRES

PROPOSITION

Promoteurs infatigables de la littérature, du débat d’idées, de la diversité culturelle, du pluralisme, les libraires se savent aujourd’hui fragilisés par une conjoncture économique morose et par la concurrence des géants de la vente par internet, qui pratiquent un dumping social et fiscal.

Une nouvelle menace plane sur leur activité : le Traité transatlantique.

Rappelons que :

  • l’exception culturelle obtenue dans ce Traité par les négociateurs français ne concerne que le secteur de l’audiovisuel. Il ne protège donc nullement le domaine du livre;
  • cette «exception» est provisoire: elle peut être remise en question à tous moments;
  • l’Union européenne qui, en principe, défend la culture, classe l’imprimerie et l’édition dans la catégorie des «services commerciaux» et non dans celle des services culturels;
  • l’Europe négocie avec les Etats-Unis qui, loin d’avoir signé la convention de l’Unesco sur la diversité culturelle, l’ont, au contraire, farouchement combattue. (deux voix contre, dont les Etats-Unis, 148 voix pour);

Il est donc patent que, si le Traité transatlantique est signé, rien n’empêcherait une entreprise transnationale d’exiger les mêmes subventions que celles fournies à un éditeur français ou belge, voire de les faire supprimer comme «discriminatoires». Elle pourrait faire de même pour les critères d’attribution des marchés publics ou pour ceux du label belge de libraire de qualité.

Si ce Traité est adopté, la perspective d’un monde où les multinationales seraient seules en mesure de décider de ce qui peut être publié, vendu et donc lu sera de moins en moins un fantasme. La liberté de publier, d’éditer, de communiquer, de penser, c’est-à-dire le meilleur de l’héritage de la culture européenne et du siècle des Lumières, est en danger. De même que le rôle social et l’existence même des librairies.

C’est pourquoi les libraires appellent les éditeurs, les bibliothécaires et les lecteurs à se solidariser avec eux pour rejeter ce Traité.


 

Pour signer le manifeste, veuillez envoyer un mail à info@pour.press avec votre nom et prénom ainsi que votre qualité (libraire, écrivain, etc.)

Premières signatures:

  • Jean Thonnart (librairie La Dérive, Huy)
  • Brigitte de Meeûs (Tropismes, Bruxelles)
  • Laurence Merveille (Antigone, Gembloux)
  • Catherine Mangez (Papyrus, Namur)
  • Régis Delcourt (Point-Virgule, Namur)
  • Cécile Quevrin (bibliothécaire)
  • Jean-Marc Turine (écrivain)
  • Olivier Verschueren (Livre aux trésors, Liège)
  • Maud Van Campenhoudt (lectrice boulimique)
  • Bernard Saintes (L’Écrivain public, La Louvière)
  • Philippe Goffe (librairie Graffiti, Waterloo)
  • Philippe Mattet (librairie Plume(s), Millau, France)