“Je comprends parfaitement l’émotion suscitée…”

En butte à la crise financière et à la concurrence de pays à bas coûts de main d’oeuvre, des milliers d’entreprises françaises ont déposé le bilan depuis 2008.

LIVRES

70718348_000_CV_1_000

Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, de véritables « fonds vautours » observent à la loupe le phénomène, guettant l’occasion de s’emparer d’entreprises en difficulté pour les revendre avec grand profit après restructuration. Recette : commencer par racheter les dettes à bas prix pour les transformer en prises de participation. Procéder ensuite à un « plan social » (des licenciements, souvent massifs). Revendre ensuite au plus offrant.
Une véritable industrie de la faillite s’est ainsi développée, enrichissant des centaines de personnes : avocats d’affaires, cabinets d’audits, banquiers, managers de crise… Sans oublier les agences de communication, qui auront préparé le dirigeant à exprimer son empathie, réelle ou simulée, pour le personnel licencié : « Je comprends parfaitement l’émotion suscitée… » devenant ainsi la phrase-clé d’une bonne communication de crise, histoire d’éviter grèves, manifestations et autres désagréments.
Ce livre est une enquête passionnante sur un secteur qui prospère sur les ruines de l’économie et qui aurait de beaux jours devant lui si le TTIP devait finir par s’imposer.

LE BUSINESS DES FAILLITES Cyprien Boganda Editions La Découverte.