Des voies pour CHANGER L’EUROPE

Depuis les dernières élections européennes et la mise en place de la Commission Juncker, l’Europe ne fait plus rêver.

Pour mémoire: l’application de politiques d’austérité inspirées par les institutions européennes, la multiplication de scandales fiscaux (Swissleaks, LuxLeaks, Panama Papers) et environnementaux (affaire VW et autres marques violant les normes environnementales; les affaires du glyphosate et des perturbateurs endocriniens, etc.); la crise de l’Euro et particulièrement le coup de force sur la Grèce en juillet 2015; et plus récemment le Brexit… Hélas, l’Europe est même devenue un repoussoir!

Dans ce contexte, des personnalités du monde politique, académique ou citoyen commencent à formuler des propositions tendant à sortir l’Europe de ce marasme.

Ces propositions vont de formules modérées s’inscrivant dans le cadre des traités européens existants, à des solutions plus radicales impliquant une véritable refondation des institutions européennes, voire leur disparition.

Nous entamons aujourd’hui la publication de cette nouvelle série «Des voies pour CHANGER L’EUROPE» avec les propositions d’Hubert Védrine.

Dans notre perspective «Changer l’Europe», nous avons jusqu’ici développé davantage la critique du fonctionnement de l’Europe comme la bureaucratie européenne, le poids excessif des lobbys dans la définition des politiques, les décisions européennes elles-mêmes trop unilatéralement orientées vers le libre marché et le libre échange au profit de ce qu’il est convenu d’appeler les «1%», le sous-développement des politiques sociales, le renoncement devant les puissances multinationales, les paradis fiscaux, etc.

Nous avons parallèlement, sur ce thème de l’Europe, démarré une coopération avec le Collectif Roosevelt-Namur en organisant les 2 premières soirées de conférences et d’échanges sur «Changer l’Europe» avec Paul Löwenthal et Philippe Lamberts en mai dernier.

Trois nouvelles conférences sont déjà programmées à Namur, avec pour invités:

  • Vaïa Demertzis, du CRISP, pour l’analyse des conséquences du Brexit, le 22 septembre;
  • Pierre Defraigne, de Madariaga-Collège d’Europe, pour l’approche de la dimension internationale et géostratégique de l’Europe, le 11 octobre;
  • Pascale Vielle, de l’UCL, pour l’État et l’avenir des politiques économiques et sociales de l’UE, le 25 octobre

Nous espérons que cette double démarche — propositions sur le site et conférences à Namur — enrichira nos propres conceptions d’une Europe démocratique et sociale que nous appelons de nos vœux, et nourrira le débat politique nécessaire dans cette perspective.