Des voies pour CHANGER L’EUROPE – Yanis Varoufakis

Des personnalités du monde politique, académique ou citoyen formulent des propositions tendant à sortir l’Europe du marasme. Ces propositions vont de formules modérées s’inscrivant dans le cadre des traités européens existants à des solutions plus radicales impliquant une véritable refondation des institutions européennes, voire leur disparition.

POUR.press lance une nouvelle série «Des voies pour CHANGER L’EUROPE» avec leurs propositions.

Introduction – Des voies pour CHANGER L’EUROPE
1ère proposition – Hubert Védrine
2ème proposition – Yanis Varoufakis

DiEM25: «Ce que nous voulons et quand nous le voulons»

Avec cette contribution de Yanis Varoufakis, ancien ministre des Finances de Grèce avant le coup de la Troïka de juillet 2015, nous poursuivons notre série «Des voies pour changer l’Europe».

Nous avons déjà présenté le mouvement DiEM25 sur ce site. Pour rappel:
• DIEM25, un allié pour une grande offensive européenne? (4 mars 2016)
• Pour la transparence en Europe aujourd’hui! Une pétition de DiEM25 (2 avril 2016)
• DiEM25 répond aux Verts européens (5 avril 2016)

Nous reprenons ici les propositions formulées par DiEM25 et son initiateur principal, Yanis Varoufakis, pour «faire bouger l’Europe». C’est un plan stratégique en 4 phases que proposent les auteurs.

1. IMMÉDIATEMENT: la mise en place d’une transparence complète de la prise de décision dans l’Union européenne

  • Diffusion en streaming, en direct, des réunions du Conseil de l’Union européenne, du Conseil ECOFIN et de l’Eurogroupe.
  • Publication des minutes des réunions du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne quelques semaines après leur tenue.
  • Mise en ligne de tous les documents concernant les négociations cruciales (par exemple, Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement, prêts de « renflouement », statut de la Grande-Bretagne) qui vont avoir une influence multiforme sur l’avenir des citoyens européens.
  • Inscription obligatoire des lobbyistes sur un registre où figurent notamment les noms de leurs clients, leur rémunération et un compte rendu de leurs entretiens avec les responsables publics (élus et non élus).

2. DANS LES DOUZE MOIS: le développement d’une offensive contre la crise économique en cours, en utilisant les institutions existantes et dans le cadre des traités européens existants

La crise actuelle de l’Europe se déroule simultanément dans quatre domaines:
• la dette publique
• les banques
• l’insuffisance de l’investissement
• la montée de la pauvreté

Aujourd’hui, ces quatre problèmes sont tous laissés aux mains des gouvernements nationaux, qui n’ont pas les moyens d’agir sur eux.

DIEM25 présentera des propositions détaillées pour les européaniser tous les quatre, tout en limitant les prérogatives arbitraires de Bruxelles et en rendant le pouvoir aux parlements nationaux, aux conseils régionaux, aux municipalités et aux communautés de base.

Les mesures proposées viseront à redéployer les institutions existantes (par réinterprétation créatrice des chartes et traités existants) pour stabiliser les crises de la dette publique, des banques, de l’insuffisance des investissements et de la montée de la pauvreté.

  • Européanisation de la dette, via la création d’une juridiction européenne sur les banques: «une règle simple : chaque banque qui fait faillite passe sous juridiction européenne, sort du système grec, français ou espagnol, est contrôlée directement par l’Europe.» (BALLAST Yanis Varoufakis / «Que voulons-nous faire de l’Europe?») Du coup, plus besoin de Troïka.
  • Européanisation des programmes de lutte contre la pauvreté, financée par les surplus de la BCE.
  • Européanisation des investissements via la BEI (Banque européenne d’investissement).
  • Création de monnaie nationale par «comptes fiscaux» facilitant les échanges financiers à l’abri de la fermeture des banques…

Ces problèmes cruciaux seraient ainsi traités au niveau de l’Europe, avec des parlements retrouvant là une part de souveraineté.

3. DANS LES DEUX ANS: une Assemblée constituante

Les Européens ont le droit d’examiner l’avenir de l’Union, et le devoir de transformer l’Europe (à l’horizon 2025) en démocratie pleine et entière, dotée d’un Parlement souverain qui respecte l’autodétermination nationale et partage le pouvoir avec les parlements nationaux, les conseils régionaux et les conseils municipaux.

Pour qu’ils puissent le faire, il faut convoquer une Assemblée de leurs représentants.
DiEM25 va préconiser une Assemblée constituante composée de représentants élus sur des listes transnationales.

Aujourd’hui, quand des universités sollicitent des fonds de recherche à Bruxelles, elles sont tenues d’établir des alliances transnationales. Dans le même esprit, pour l’élection de l’Assemblée constituante, les listes doivent être tenues de comporter des candidats issus de la majorité des pays européens.

L’Assemblée constituante sortie des urnes aura pouvoir de décision sur une future constitution démocratique, qui remplacera tous les traités européens existants dans les dix ans.

4. À L’HORIZON 2025: la mise en œuvre des décisions de l’Assemblée constituante

Suivez l’actualité de DiEM25 sur leur site.