C’est moi qui vit ici !

9782330047849
LIVRE

“Je ne laisserai personne agir de la sorte sans m’en demander la permission. C’est moi qui vit ici !”

Marily Papanikolaou, jeune guide de montagne en Grèce, consacre désormais son temps libre à des réunions et des manifestations contre l’activité minière. Même réaction chez Julia Crawford, propriétaire au Texas d’une terre familiale qui fait l’objet d’une procédure d’expropriation : “Je refuse de croire qu’une entreprise canadienne qui veut construire un pipe-line pour faire de l’argent a davantage droit à ma terre que moi- même”.

Autant de réactions indignées devant les démocraties fossiles désormais confisquées par un couple infernal : l’idéologie de la croissance aveugle et la mondialisation néolibérale. Destructions sans nombre : des emplois, des lieux de vie, du bien commun (comme l’eau, par exemple). L’effet sur le climat de la production délocalisée est patent. Les émissions de gaz carbonique étaient passées d’une croissance de 4,5 % à 1 % entre 1960 et 1990. Mais en 2010, cette croissance atteignait le record de 5,9 %.

Pour Naomi Klein, entre le climat et le libre-échange, il faut choisir. Et la plupart des états ont opté pour le second. On découvre par exemple, dans ce livre, le rôle surprenant du sieur Al Gore (souvenez-vous le film oscarisé : Une vérité qui dérange), qui réussit à diviser le mouvement environnementaliste au moment de la signature du traité ALENA.

Mais partout fleurissent les résistances comme les anémones au printemps. Dans l’état de New York, 170 municipalités ont décrété l’interdiction de la fracturation hydraulique. 460 collectivités dans 43 pays (des lieux de transition) élaborent ensemble des plans d’action de décroissance énergétique, tout en recréant la démocratie participative. On déprivatise, on « remunicipalise » des services essentiels à la population.

Naomi Klein admet avoir longtemps ignoré la crise du climat. Dans ce livre, fruit de milliers d’heures de recherches et d’enquêtes, elle nous démontre qu’il est minuit moins cinq.

Un livre en forme d’ appel au réveil civilisationnel.

Tout peut changer. Capitalisme & changement climatique, Naomi Klein. Actes sud.